L'homme de Kaboul

Découvrez L'Homme de Kaboul, le nouveau thriller de Cedric Bannel, publié chez Robert Laffont. Une enquête policière saisissante, plébiscitée par de grands éditeurs du monde entier avant même sa sortie en France.

La musique des mots

 Par Lô

 Je vais vous raconter comment j'ai eu l'occasion de lire un bon livre...à l'œil en acceptant de participer à un concours organisé par canalblog et les éditions Robert Laffont. Mi Février , voilà deux semaines que j'attends de le recevoir. Et rien dans la boite aux lettres, je me dis que si en plus je le reçois quinze jours avant de rendre ma copie je vais devoir le lire vite. Faut que je vous dise je suis dyslexique par conséquent je ne lis ni vite et ni longtemps. 

Si c'est trop dur je dirais que mon ordinateur est tombé en panne, que je n’ai pas reçu le livre ou que le chien à mangé ma chronique. Et puis d'abord personne ne va se préoccuper de savoir si je participe à ce concours. Justement c'est ça qui m'a plu dans cette proposition : personne ne m'attends, je suis libre, j'ai le choix des mots et de la forme. Personne n'attends rien de moi...donc je ne peux pas me planter !!Livre arrivé, 395 pages. Bon alors si je veux l'avoir fini pour le 1er Mars je dois lire 17 pages par jours (réflexe de tortue dyslexique).J’accroche pas tout de suite : trop détaillé ? Trop politique ? Et puis de page en page l'intrigue s'installe, l'enquête se dessine. Oussama se dévoile et au travers de lui je découvre un pays dont je ne sais finalement que quelques images d'Épinal. L'intrigue devient prenante dans ce récit où tout sonne juste...ça y est je suis dedans !

Lire L'homme de Kaboul c'est lire un bon polar et percevoir en filigrane des images qui parlent « vrai » et pas uniquement parce l'histoire est actuelle. Cédric Bannel au travers de ses personnages nous fait part de point de vue sur : la place de la femme en orient, la corruption, le droit d'ingérence, la foi, la réalité de la guerre au quotidien, la haine transmise de génération en génération, la tolérance...rien n'est imposé. Au final vous avez entre les mains très bon roman policier bien documenté mais aussi finement mené.

Ah mais là je n’ai pas vraiment résumé l'histoire ? Tiens ça me fait pareil avec les bons films je ne sais pas les raconter alors pour vous résumer à ma façon :

L'homme de Kaboul c'est Hold on de Tom Waits, une voix rocailleuse semblable aux pistes  empruntées par le quomaandaan...on sent la transpiration du chauffeur  à côté de nous et le suint des biquettes dans les villages montagneux.

L'homme de Kaboul c'est aussi Vous les femmes d'Iglésias (ne riez pas !) l'une des personnes qui désarme le plus souvent le personnage central dans cette histoire haletante c'est Malalai, sa femme.

 Enfin L'homme de Kaboul c'est The Partisan de Léonard Cohen. Le choix de certains villageois d'accueillir Oussama et de finir fusillé, le parti pris du mollah Bakir de soutenir une position de religieux modéré, etc. etc. Tout au long de ce roman je me suis dis qu’ici comme ailleurs nous faisons des choix mais là bas, comme dans trop de pays, il s’agit de choix qui impliquent de vivre ou de mourir. La chanson de Cohen reflète bien cette partie du roman.

Un de ces titres vous plait ? Alors lisez ce livre il vous plaira !Vous ne connaissez pas ces titres ? Alors lisez le livre vous ferez une belle rencontre !

Posté par Staff Melyonen - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

Commentaires

Poster un commentaire